Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Cercle de lecture - Eldorado par Laurent Gaudé

Ici sera tout notre travail sur le livre Eldorado dans le cadre de notre cours de français.

Passages importants des chapitres 4 et 5

Publié le 8 Mai 2016 par Sophia in Chapitre 4, Chapitre 5

Passage important des chapitres 4-5

Chapitre 4 : J’ai choisi le passage de la page 83 -84. « Je ne peux pas venir avec toi…Je ne pourrais pas faire le voyage. »

Je l’ai choisi car c’est un des moments du chapitre qui m’ont le plus marqués. Comme on peut le remarquer avant, le narrateur est près à tout affronter tant qu’il est avec son frère. Il paraît même heureux de pouvoir partir. C’est le moment où il se rend compte que ce n’est pas si joyeux de passer des frontières. C’est comme si avant ce passage il était dans un rêve puis soudain c’est un retour à la réalité. Il est désemparé et ne veux pas que cela se passe.

Une autre raison pour laquelle j’ai choisi ce passage est que je me suis rendu compte comme ça fait mal d’être séparé pour toujours de son frère. Car j’ai un frère et deux sœur et je me suis rendu compte à quel point je tenais à eux.

Le deuxième passage que j’ai relevé est celui de la page 89 à la page 90. « Je monte à l’arrière de la voiture...un petit filet de poussière. » Car c’est le passage où le narrateur part pour toujours. C’est aussi la dernière fois qu’il voit son frère et il le sait. Il se rend aussi compte à quel point sa vie va changer, il est seul, il va devoir faire confiance à des inconnus, mais aussi qu’il n’est pas grand chose, il n’est qu’une ombre.

Chapitre 5 : A la page 95 j’ai pris le passage : « Mais lorsqu’il avait été là… venait lui laver le visage » Car pour moi, ce passage me montre à quel point Piracci aurait voulu retrouver les émigrants, à quel point il aurait voulu se battre avec la mer car avant d’être commandant il est humain et l’humanité est bien plus forte qu’aucun frontière. On y voit encore la haine qu’il a contre la mer qui a englouti les barques qu’il n’a pas pu sauver. Ce choix peux paraître étrange mais c'est un choix plutôt personnel.C'est un passage qui m'a touché.

Puis dans ce chapitre j’ai aussi sélectionné le passage de la page 99-100« L’homme alors s’enhardit…répondit le commandant en se dégageant. »

Pour moi c’est un des passages qui m’a le plus marquer car on voit la volonté mais aussi l’impuissance de l’émigrant. Il est près à tout pour ne pas être pris par la police Italienne. On y voit aussi comme Piracci ne peux pas l’aider alors qu’il lui suffirait de le cacher pour pouvoir changer complétement la vie de l’homme. C’est un combat qui continu pour Piracci.

Le dernier passage que j’ai trouvé est celui de la page 105 « Le capitaine libyen eut à peine le temps…La chair saignait. »

Lorsque j’ai lu ce passage, je me suis rendu compte que j’aurai voulu faire la même chose que ce que Piracci fait. Il repense à tout ce qu’il c’est passé, à l’homme qu’il n’a pas aidé, aux barques qu’il n’a pas sauvées… Tout ça à cause de cet homme. Alors à ce moment là toute sa haine sort et s’abat sûr l’homme qui a causé tout ces problèmes. Piracci s’en veux à lui même mais aussi à cet homme.

Commenter cet article