Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Cercle de lecture - Eldorado par Laurent Gaudé

Ici sera tout notre travail sur le livre Eldorado dans le cadre de notre cours de français.

Passages du chapitre 10

Publié le 31 Mai 2016 par Sophie Fontana

Passages chapitres 10 :

Page 177, "Là, nous sommes cinq cents. J'essaie de retrouver Boubakar dans la foule. Il me sourit lorsqu'il me voit venir à lui. Je n'ai pas cessé de penser à lui depuis qu'Abdou nous a annoncé la nouvelle. Je suis mortifié. " Que vas-tu faire, Boubakar ?" Il ne répond pas tout de suite. Il me sourit. Puis il dit doucement : "Je vais courir."

...alors j'insiste :

-Tu vas courir ?

Il répond sans hésiter :

-Oui, avec l'aide de Dieu."

J'ai choisi ce passage car il montre la détermination de Boubakar, et je trouve qu'il la transmet à Soleiman avec son affirmation de courir. Il passe à son cadet la rage de vivre. C'est puissant et ça m'a fait réfléchir sur l'impact qu'une personne peut avoir sur ta vie, même avec des paroles toutes simples.

Page 180, "Tout à coup, j'entends Boubakar s'approcher de moi et me murmurer à l'oreille : "Quand nous courrons, Soleiman, promets-moi de courir le plus vite possible. Ne t'occupe que de toi. Promets-le-moi." Je ne réponds pas. Je comprends ce que me dit Boubakar.

...Alors je cède. Et je promets à Boubakar. Je lui promets de le laisser s'effondrer dans la poussière de ne pas l'aider si un chien lui fait saigner les mollets. Je lui promets d'oublier qui je suis. D'oublier que cela fait huit mois qu'il veille sur moi."

J'ai choisi ce passage pour montrer que Soleiman s'est vraiment attaché à Boubakar et la demande que lui fait celui-ci semble absurde aux yeux du jeune. Et cela montre aussi la dure réalité de son voyage à nouveau, encore une fois, il doit être seul.

Page 184, "Je ne réfléchis pas. Je descends dans sa direction. En quelques secondes, je suis sur lui et arrache la manche de son pull. Il me regarde avec étonnement. Comme un chien regarde la lune. Je lui hurle de se dépêcher.

...Nous sommes tous les deux là. Je voudrais sourire car je me sens une force de titan. J'ai sauté sur l'Europe. J'ai enjambé des mers et sauté par-dessus des montagnes. Je voudrais embrasser Boubakar mais nous n'avons pas le temps. Il reste une grille à franchir."

Le passage reprend de nouveau un thème que l'on a pu voir dans les autres chapitres. La fraternité. Ici, elle prend une place vraiment importante. Cela prouve que Soleiman malgré tout reste solidaire. Cela prouve que nos bonnes actions envers d'autres auront un retour. Pour moi, ce passage est le plus touchant du chapitre.

Commenter cet article