Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Cercle de lecture - Eldorado par Laurent Gaudé

Ici sera tout notre travail sur le livre Eldorado dans le cadre de notre cours de français.

Connection chapitre 12/13

Publié le 5 Juin 2016 par Sophie Fontana

J'ai choisi comme connection pour le dernier chapitre de Soleiman, une chanson. Plus précisément, Nothing can stop me de Ignite. Pour moi, les paroles correspondent vraiment à l'esprit de Soleiman, plus rien ne peut l'arrêter maintenant; il le dit lui même dans la dernière phrase du chapitre La chanson parle aussi d'une deuxième personne que le "je/I" et pour moi cela représente Boubakar. Je voulais aussi choisir une connection différente des autres, voilà pourquoi je me suis tournée vers une chanson.

Lien des paroles de la chanson :

http://www.plyrics.com/lyrics/ignite/nothingcanstopme.html

(Édit 8 Juin 2016 :Après avoir realiser que le copier/coller n'a pas pris en entier ma connection, je rajoute les bouts manquants)

Pour le chapitre 13, J'ai choisi la chanson Wolves without theeth de Of Monsters And Men.

Dans la chanson, c'est une personne qui s'adresse à un "tu" et pour moi ça correspondait très bien à Pirraci qui parle à la mort ou au désespoir, surtout avec la phrase "You're feeding on my energy" qu'on peut traduire par "tu te nourris de mon énergie" et c'est vraiment le cas pour Pirraci, il est au bout et n'a plus l'énergie de se battre. Et la phrase "And I run from wolves tearing into me without teeth" ( et je fuis les loups qui se déchirent en moi sans dents) correspond pas mal au fait que Pirraci se retrouve seul avec ses pensées noires qu'il réussit à fuir à la fin de l'histoire . On peut encore relevé d'autres petits détails moins important comme le "She Wants it" ( Elle le veut) dont le "She" pourrait être la mort si le "tu" est le désespoir.

Lien des paroles( traduction) de la chanson :

http://www.lacoccinelle.net/995370.html#OTEDKSPUl3mCMO8l.99

Et pour la dernière chanson, je la voulais en français et liée à Soleiman pour son futur. C'est pour ça que toutes les paroles ne correspondent pas tout à fait à l'histoire. ( On peut aussi voir des ressemblances avec l'histoire de Pirraci. )

Charles Aznavour- Emmenez-moi

Vers les docks, où le poids et l’ennui
Me courbent le dos
Ils arrivent, le ventre alourdi de fruits
Les bateaux

(Ici, rien de remarquable. Si ce n'est que cela correspond plus à Pirraci.)

Ils viennent du bout du monde
Apportant avec eux des idées vagabondes
Aux reflets de ciel bleu, de mirages
Traînant un parfum poivré
(Ici, on peut lier les bateaux aux idées des migrants et leurs espoirs.)


De pays inconnus
Et d’éternels étés
Où l’on vit presque nu
Sur les plages
( De nouveau, les espoirs)


Moi qui n’ai connu, toute ma vie
Que le ciel du nord
Je voudrais débarbouiller ce gris
En virant de bord
( La vie triste de Pirraci et celle dure de Soleiman.)


Emmenez-moi au bout de la terre
Emmenez-moi au pays des merveilles
Il me semble que la misère
Serait moins pénible au soleil

( Le désir de partir et là où maintenant il peut aller)


Dans les bars, à la tombée du jour
Avec les marins
Quand on parle de filles et d’amour
Un verre à la main

Je perds la notion des choses
Et soudain ma pensée m’enlève et me dépose
Un merveilleux été, sur la grève

Où je vois, tendant les bras
L’amour qui, comme un fou, court au devant de moi
Et je me pends au cou de mon rêve

(Car maintenant, son rêve de nouvelle vie est accessible)

Quand les bars ferment, et que les marins
Rejoignent leurs bords
Moi je rêve encore jusqu’au matin
Debout sur le port

(Plutôt Pirraci qui rêve de son Eldorado)

Emmenez-moi au bout de la terre
Emmenez-moi au pays des merveilles
Il me semble que la misère
Serait moins pénible au soleil

(Toujours l'idée de L'Eldorado)

Un beau jour, sur un raffiot craquant
De la coque au pont
Pour partir, je travaillerai dans
La soute à charbon
( Soleiman travaillera pour son bonheur.)


Prenant la route qui mène
A mes rêves d’enfant, sur des îles lointaines
Où rien n’est important que de vivre

Où les filles alanguies
Vous ravissent le coeur en tressant, m’a-t-on dit
De ces colliers de fleurs qui enivrent

Je fuirai, laissant là mon passé
Sans aucun remords
Sans bagage et le coeur libéré
En chantant très fort
( C'est ce qu'il fait à la fin en mettant son passé de côté)


Emmenez-moi au bout de la terre
Emmenez-moi au pays des merveilles
Il me semble que la misère
Serait moins pénible au soleil

Emmenez-moi au bout de la terre
Emmenez-moi au pays des merveilles
Il me semble que la misère
Serait moins pénible au soleil

Commenter cet article